BP 329 Abymes Principale 97139 Les Abymes
0590 90 12 30
contact@spa-guadeloupe.org

La SPA de la Guadeloupe

Informer pour mieux Protéger
telle est notre mission




La SPA de la Guadeloupe

Informations légales

CARTE D’IDENTITE : Forme juridique : association type loi de 1901
créée en avril 1986 par sa présidente actuelle Marie-Aude ABANE. Affiliée à la Confédération Nationale-Défense de l’Animal  depuis sa création Numéro de SIREN : 49313134
Déclaration à la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre le 10/04/1986.
Date de publication au Journal Officiel : 27/04/1986
Numéro de déclaration à la sous-préfecture : 1957  

EN SAVOIR PLUS

Précurseurs

Brigitte BARDOT dans son Info-Journal du 1er trimestre 2020 parle ainsi des petites associations : « A toutes les petites associations de 4 sous qui survivent grâce au bon cœur de quelques généreux donateurs, mais qui ne bénéficient d’aucun soutien, les mairies préférant en général subventionner les clubs de foot. Bravo et merci à toutes ces personnes souvent âgées qui se dévouent pour recueillir, soigner, nourrir et faire stériliser si elles en ont les moyens….»
Merci, merci pour votre mépris, votre condescendance et votre vision mesquine qui consiste à nous voir par le petit bout de l’entonnoir.
Savez-vous quelle connotation péjorative a l’expression « quatre-sous » dans la langue française ? Il y a 1500 associations de protection animale en France. Vous avez 3 refuges, la SPA (anciennement la SPA de Paris) 57, 30 Millions d’Amis aucun, et la Confédération Nationale Défense de l’Animale 277. Alors qui est la colonne vertébrale de la protection animale en France ?
Les grosses structures hyper-médiatisées, hyper-financées ont en tout 337 refuges. Le reste est assumé, à part quelques gros refuges comme Marseille, Lyon Sud Est, Mulhouse Haute Alsace et autres, par des petites associations ou des Maisons Refuges comme moi et comme vous l’avez si bien dit sans aucun soutien.
Non, Madame, on ne donne pas que « notre bon cœur » aux animaux, nous avons une éthique, une idéologie et des connaissances pour informer le grand public. Vous ramenez tout au fric et vous « la sainte » faisant l’aumône aux pauvres, et aux vieux ! C’est pathétique ! De grâce épargnez-nous votre étroitesse d’esprit et votre totale absence de réflexion. Vous qui mêlez politique et protection animale. Même si j’avais besoin d’argent, vous seriez la dernière personne au monde à qui je demanderai quoi que ce soit. Je ne partage pas votre tyrannie qui consiste à ce que le monde entier ne mange plus de viande (de quel droit et qui êtes-vous pour obliger les gens à nourrir leurs enfants comme vous le voulez, à leur imposer un régime qui peut être nuisible à leur santé ?)
En prônant la stérilisation de tous les chats errants, vous faites le jeu des éleveurs de chats de race. Oui, il faut une stérilisation, mais pourvu que nos chats dit de gouttière puissent survivre !

De grâce gardez votre mépris et votre étroitesse d’esprit car vous ne pourrez bientôt inspirer plus que de la pitié!


La Protection Animale selon la SPA de la Guadeloupe

Objet de la SPA de la Guadeloupe

L’association a pour but de protéger, soigner, nourrir, tant les animaux domestiques que ceux de la faune sauvage. Prévenir, et intervenir si possible dans les cas de maltraitance avérés.
Nous nous portons également au secours de l’animal si sa dignité est bafouée c’est à dire le non respect de sa spécificité, les abus sexuels et tout ce qui porte atteinte à sa dignité.
Nous espérons avoir un jour une voix assez forte pour faire stopper ces modes ridicules consistant à chausser les pattes des animaux. Il est évident que cela ne devrait être fait qu’en cas de blessures à la patte, ou marches prolongées dans neige ou glace ou sables brûlants ou brasiers encore chauds.

Les animaux ont besoin d’avoir un contact avec la terre, leurs coussinets leur donnent des informations destinées à leur survie et ils en ont besoin.

Fonctionnement de l’association

 

A sa création en Avril 1986, je savais, après avoir consulté différents élus que la protection animale en Guadeloupe était loin d’être leur priorité. Dès 1986 (j’ai emménagé le 1er mars 1985) ma maison est devenue une Maison-Refuge. J’ignorais que je pouvais être considérée comme une pionnière de ce concept.

Pour moi, la liberté totale d’action dans jardin et maison et interaction des espèces entre elles, était la seule conception de protection animale que je pouvais envisager. Pas de cage, pas de boxe, pas de béton. Ma maison est la maison typique créole en bois : pas de fenêtres, que des volets ouverts 24h sur 24.  J’ai eu jusqu’à 45 chats et chiens dans cette maison. Tous stérilisés naturellement sauf les chiens mâles (pas plus de 2 ou 3 pour éviter trop de rapports dominé-dominant et donc des combats pouvant déstabiliser la meute et mettre les chats en danger).
Sont récupérés dans cette maison les vieux, les handicapés, ceux lourdement maltraités par des actes de barbarie et cruauté. Personne n’est proposé à l’adoption : ils meurent tous de leur belle mort à la maison, sauf quand l’euthanasie s’avère inévitable à cause des souffrances endurées par la maladie. Chiens et chats ne sont pas les seuls à être protégés : les oiseaux du ciel également.

En plus des chiens et chats  bien d’autres espèces vivent dans ma maison refuge

Certaines de ces espèces trouvent dans le jardin de quoi se nourrir d’elle même, d’autres nécessitent que nous leur préparions quotidiennement leur repas. Un véritable écosystème s’est mis en place où chaque espèce joue un rôle 

Les oiseaux

Lorsque j’ai emménagé en 1985, il n’y avait pas un seul oiseau, j’ai près de 4 espèces différentes qui se relaient du lever du jour à la fin. Je pense 200 à 300 vu ce qu’ils mangent !!


         

Les batraciens

Les batraciens : crapauds buffles et petites grenouilles tropicales. J’ai aménagé des espaces avec différentes plantes aquatiques, (jacinthes d’eau, laitue d’eau, nénuphars et autres) où ils peuvent se réfugier pendant la période sèche et manger larves de moustiques et autres. 

Les Bernards l’Hermite

Merveilleux nettoyeurs de la nature : ils finissent tous les reliefs et restes de repas, et tout ce qui est moisi.

Les crabes de terre

Un autre charognard : les crabes de terre. C’est un met très consommé aux Antilles. Une fois capturés, ils ne mangent que des fruits pendant 15 jours pour être consommables.  Dans la maison refuge, ils vont et viennent à loisir. Il m’arrive parfois d’en retrouver un dans mon bac à douche. Ici j’en ai de 3 sortes :

* le « crabe Barbe », c’est un gros crabe violet avec de gros poils sur les pattes (d’où son nom). Ils sont tellement gourmands que j’en ai dont la carapace est aussi grosse qu’une assiette à dessert.  

* Les « Touloulou », ce sont de petits crabes rouges qui courent très vite

* Les crabes « C’est ma Faute ». Ils sont de petite taille avec une très grosse pince qu’ils gardent pliée devant leurs yeux comme pour s’excuser d’une faute et une toute petite, ils avancent ainsi. D’autres espèces existent
mais pas dans la maison. 

   

Les iguanes

Les iguanes trouvent refuge dans les arbres et la végétation de la clôture. 

Les plantes

Je plante de plus en plus des espèces de lianes ou de plantes mellifères pour attirer le maximum d’abeilles. 




En savoir plus

Comment la maison refuge fonctionne au quotidien? Comment on parvient à nourrir tout le monde ?

Ce sont quelques une des réponses que vous trouverez dans la suite de l’objet de la SPA de la Guadeloupe

Bien-être de nos petits protégés- Interaction entre les espèces- Liberté de mouvement- Joie de vivre

C’est avec ces objectifs et ces valeurs que nous nous occupons de tous les pensionnaires de notre maison refuge

Jugurtha, c’était son nom Il restera à jamais l’âme bienveillante , la force tranquile de la Maison Refuge 

La Maison Refuge: un concept qui s’est développé ces dernières années
Depuis, certains de nos petits amis nous ont malheureusement laissés, d’autres ont été recueillis.

C’est leur histoire que nous voulons partager avec vous.
 

 

lVoVoir la Maison Refuge





Les changements dans la Maison-Refuge

Les derniers articles

Oiseau du Paradis

Machao ! Tellem chao ! Est-il  vrai que l’on t’appelle Oiseau du Paradis ? Mais existes-tu réellement? Ah ! Ça oui ! Je t’ai vu, de mes yeux vu lors d’une émission sur les papous[…]

Read more

Les doléances des animaux de la Guadeloupe

Machaho ! Tellem chaho ! Les doléances des animaux de la Guadeloupe C’était une magnifique nuit de pleine lune, à l’ambiance ouatée, comme peuvent l’être ces nuits sous les tropiques. La magnificence[…]

Read more

Compassion et Empathie

Machaho ! Tellem chao ! Compassion et Empathie   Depuis un certain temps déjà  des hurlements de douleur raisonnaient dans la nuit, de longs aboiements plaintifs et faibles. Difficile de savoir d’où[…]

Read more