Une nouvelle divinité est née: le soja

Article publié le 22 Mars 2018

Une nouvelle divinité est née : le soja

 

soja-en-graineSa consommation a explosé. Il est introduit dans de nombreux aliments sans que pour autant on le sache par exemple dans les biscuits apéritifs, les céréales du matin, les goûters des enfants, on en trouve dans les œufs, le poulet, les yaourts, le lait et bien d’autres encore. Les végétariens, végétaliens et vegan veulent le substituer à la viande et pour les 2 derniers à tous les produits dérivés des animaux : œufs, lait….. Il est vrai qu’il possède des qualités nutritives très intéressantes : 45% de protéines voilà pourquoi les produits à base de soja se sont multipliés : vingt marques en France en proposent. Par exemple Joël PICHON est le 3ème entrepreneur en France fabriquant du tofu à base de soja bio : 1 million de paquets de tofu sortent de son usine chaque année. Il faut dire qu’en 2017, 4000 tonnes de soja ont été récoltées en France. Les cultures se situent essentiellement dans le sud-ouest. La culture du soja est plus facile que celle du blé et du maïs. Autre produit très à la mode : les steaks de soja, c’est un mélange  de tofu (produit fade et neutre) et de soja, le tout structuré en fausse viande : c’est en quelque sorte une éponge à saveurs et on peut l’accommoder à toutes les sauces. A la mode aussi les fausses saucisses, faux jambons, faux desserts bref une alimentation ersatz. Certes il y a moins de glucides et pas de lactose. Mais les études ont prouvé que le lait de soja possède beaucoup moins de calcium que le lait de vache qui en possède 5 à 7 fois plus. Une endocrinologue Catherine BENNETAU, professeur chercheur à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agronomiques de Bordeaux, a découvert que le soja possède des phytooestrogènes : dans le lait pour un verre on en a 9 ml, le steak 49,96mg, le tofu 50mg, les graines de soja que l’on croque à l’apéritif 180 mg. Soit en tout 100 fois plus de phytooestrogènes que dans le corps d’une femme traditionnellement. Ses expériences ont consisté à faire consommer 1 litre de jus de soja aux femmes avant le début de leurs règles : cela a entrainé chez les sujets des maux de ventre intenses, les symptômes menstruels étaient plus intenses qu’à l’ordinaire et la moitié des témoins a eu ses règles en avance. Tout ceci dû à une surcharge d’oestrogènes. D’autres expériences prouvent un dérèglement du cycle, jusqu’à 2 mois de retard des règles. Pour tous les sujets, 3 mois après avoir arrêté le jus de soja, les règles étaient redevenues normales, et les symptômes menstruels aussi. Chez les hommes qui consomment beaucoup de soja, il a été prouvé que la qualité du sperme diminue, moins de spermatozoïdes, moins de procréation. Une surconsommation pendant la grossesse augmente les possibilités de cancer du sein et des testicules. Mais la question que je me pose c’est : est-ce qu’un excès d’oestrogènes dans le corps des hommes ne va pas favoriser la poussée des seins et la diminution des organes génitaux ? Puisqu’on le sait c’est le but à atteindre pour les transsexuels qui reçoivent régulièrement des piqûres d’hormones femelles, c’est-à-dire d’oestrogènes. Je me demande aussi pour les bébés nourris au lait de soja s’il ne va pas y avoir à long terme une féminisation du corps des garçons : hanches larges, cellulite, seins plus proéminents. Toutes ces recherches interpellent ! Nous consommons tous à notre insu la lécithine de soja, c’est un émulsifiant que l’on retrouve dans le chocolat, les nouilles, le chewing-gum, les desserts et autres. Jean-Marc GOLFIER a fait une étude sur les boulettes de viande vendues pour les collectivités : elles contiennent 25% de protéines de soja et 70% de viande. Il est donc partout !!! Mais que les consommateurs de viande ne se réjouissent pas trop vite. Savez-vous avec quoi sont nourries les vaches à viande et à lait ? et bien, avec des tourteaux de soja : ce sont des granulés riches enprotéines. Les vaches d’ailleurs produisent plus de lait. Et là nous ne parlons que des effesoja en grainets du soja bio.

Que dire du soja génétiquement modifié ? La majeure partie vient du Brésil, ce pays produit 12 000 tonnes de soja par an. Le plus grave est que les cultures s’étendent toujours plus au détriment de la forêt amazonienne : des centaines d’hectares de forêt sont brûlés chaque jour. Et là c’est l’horreur pour tous ceux qui disent ne plus manger de viande et produits dérivés des animaux parce qu’ils adorent les animaux. Combien d’espèces d’animaux vont disparaître, primates, oiseaux, mammifères de toutes sortes, insectes car ils n’ont plus d’habitats et plus de nourriture. Plus de forêt, de savane, de buissons, de graminées et plus de territoire pour se reproduire. La diversité de la flore va disparaitre et qui donc va fournir l’oxygène dont nous avons tant besoin pour respirer ?

   

amazonie

 

 

Ne fustigez pas, ne culpabilisez pas, ne refusez pas de comprendre qu’on peut aimer les animaux et manger de la viande, car d’autres risqueront de fustiger les mangeurs de soja en disant qu’ils risquent par leur hyper consommation, d’être à l’origine de l’extermination de la faune sauvage, de la flore, de toute cette biodiversité, et du poumon vert de la terre.

 

Avec mes articles sur le site contre cet esprit sectaire qui se développe au sein de la protection animale consistant à vouloir que tous ceux qui protègent les animaux ne sont de vrais protecteurs que s’ils sont végétariens et-ou végan, j’ai beaucoup dérangé. Certaines associations n’ont même pas répondu à mes vœux. Des adhérents se sont désengagés, mais quel Dieu es-tu Dieu soja pour empoisonner ainsi le corps et l’intellect ? Doit-on choisir entre la perte de toutes les espèces d’animaux de boucheries et la perte de toutes les espèces, de la faune sauvage ? Pour faire pousser plus de soja il faut abattre les arbres et détruire sous-bois, bosquets, et toutes les espèces de la flore sauvage. Quels humains allons-nous devenir ? Ça c’est l’inverse de l’humanité, la création c’est la différence de races, de peaux, d’espèces, de pensée, de croyances. La richesse intellectuelle naît du partage des idées, des réflexions non pas de la pensée unique où des clones répètent en chœur et à l’identique que seule leur vérité est juste et bonne.

 

Mais il me reste à parler des mots qui font peur, très peur : OGM, Glyphosate, Monsanto, Roundup : ce dernier détruit tout, sauf le soja. Vous avez donc des cultures hôpital. Le glyphosate est actuellement l’herbicide le plus utilisé, et le Brésil est le premier consommateur de ce pesticide au monde. Savez-vous qu’à Saint-Malo il y aurait 7 dockers décédés sur 10, ils seraient morts de cancer à cause de la manipulation du soja OGM en provenance du Brésil. Cela serait dû au glyphosate. Gilles Eric SERALINI, biologiste Français professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen, cofondateur du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendante sur le Génie Génétique) a publié une étude toxicologique sur le soja OGM : les rats contaminés étaient couverts de tumeurs. Un éleveur de Porcs Danois Ib Borup Pedersen a observé qu’avec le soja OGM ses porcelets avaient soit un ballon à la place du cerveau, soit ils n’avaient qu’un œil, ou un nez comme une trompe d’éléphant. Bref, ils avaient 4 fois plus de malformations et les truies 4 fois plus de fausses couches. Ne vous faites aucune illusion même le lait bio contient des traces de glyphosate et oui il y a le vent, et les eaux de ruissèlement qui y contribuent. Le risque avec ce produit :  les maladies rénales, hépatiques et hormonales.

 

 

Pour moi, aimer les animaux c’est leur donner une qualité de vie qui correspond à leur spécificité, les herbivores doivent manger herbe, fleurs sauvages et les végétaux qu’ils se choisissent dans la nature, le foin l’hiver. Les carnivores doivent le rester. Les aimer c’est leur fournir des conditions de transports sans stress et acceptables. Les aimer c’est leur fournir des conditions d’abattage sans aucune souffrance en les manipulant avec respect et humanité. Ceci se fait aux Etats-Unis avec grand succès. Ceci a pour résultat de déculpabiliser éleveurs et personnels des abattoirs et surtout, surtout d’éradiquer tous les pervers sadiques qui se pourlèchent d’avoir des corps à leur merci à torturer et à faire souffrir. Cela évitera les addictions malsaines qui leur feront reproduire ultérieurement ces comportements sur les enfants et personnes fragiles. Les adeptes de la torture s’exercent toujours sur les animaux avant de connaître leur « heure de gloire » avec les humains.

lezard            mouton

Anciennement les Berbères avant de tuer les animaux les remerciaient pour leur viande et pour leur permettre de s’alimenter. Pourquoi cela vous fait-il sourire en pensant : oui mais ils leur ôtaient la vie quand même ? C’est ainsi que la création est faite, le cycle prédateur-proie. Mais pour moi toute la différence est dans le simple merci qui est le symbole du respect à l’égard de l’autre et de l’animal. Si on lui dit merci cela signifie qu’on l’inclue dans le besoin qu’on a de lui, ce n’est plus une chose qu’on peut torturer, maltraiter, martyriser, car on est supérieur à lui et qu’on a le pouvoir de faire ce que l’on veut. Cela signifie qu’il n’y a pas de dominé-dominant mais une chaîne naturelle où l’homme n’est qu’un maillon pas au-dessus, pas tout puissant. Cela est la prise de conscience que nous dépendons de l’animal, du végétal et qu’on se doit de protéger le vivant et de remercier pour ce merveilleux cadeau qu’est la vie. Les révolutions ne sont pas mauvaises en  elles-mêmes, ce qui est dangereux ce sont les excès. De faire d’une graine le veau d’or de l’humanité, ne peut qu’entraîner sa destruction à long terme. Et je ne parle pas de la vision apocalyptique de mâles, à la mamelle pendouillante, à la fesse cellulitique et molle et aux organes pelviens visibles qu’au microscope !

 

Allez, vaches, moutons, porcs, chèvres, poules dans les champs et éléphants, primates, girafes, loups et tigres, dans les forêts et savanes, l’homme ne s’en portera que mieux : men sana in corpore sano ( un esprit sain dans un corps sain).

De grâce traitez l’information avant de la juger, et utilisez plus souvent le « si ». Il est si petit ce « si » mais si important pour l’analyse, la compréhension, l’esprit de synthèse et les associations d’idées.

Et surtout à tous ! Bon appétit ! Non je n’ai pas souri !!!   

M .A ABANE